L’exigeante cistude d’Europe (Emys orbicularis)


Seule tortue indigène de Suisse, elle fait partie des animaux les plus menacés de notre faune, mais, avec ses grandes exigences écologiques, elle est aussi considérée comme l’espèce animale la plus représentative des zones humides. Malgré sa vaste répartition au niveau mondial (du nord de l’Afrique au Moyen-Orient, en passant par l’Europe), elle n’est présente que dans les régions les plus basses de notre pays, soit sur le Plateau et au Tessin. Incapable de se reproduire au-dessus de 500 m, sa répartition naturelle est en effet limitée par l’altitude. En prime, elle ne se reproduit de loin pas dans tous les endroits où elle est présente. En effet, seules trois populations présentant une reproduction active sont connues en Suisse. Elles sont situées dans les cantons de Thurgovie, d’Argovie et de Genève. Ce dernier présente d’ailleurs une densité élevée de 64 animaux/ha, représentant plusieurs centaines d’individus répartis dans les milieux propices du canton.


Comment expliquer que si peu de populations réussissent à se reproduire dans notre pays?

 
Ce déficit de reproduction pourrait être du aux exigences élevées de l’espèce en matière d’habitats et de lieux de ponte. Si les adultes sont liés aux plans d’eau stagnante dotés d’une végétation aquatique abondante et se réchauffant rapidement, leur reproduction nécessite impérativement la présence, à proximité des plans d’eau, de milieux ouverts thermophiles à l’abri des inondations, comme des butes et des talus séchards, et assez meubles pour être creusés. La femelle y dépose en effet ses œufs dans un trou creusé à environ dix centimètres de profondeur à l’aide de ses pattes postérieures. La revitalisation et la mise en réseau de ces habitats sont donc essentielles pour assurer la survie à long terme de la cistude d’Europe.

 
Crédit photo: Xavier de Jauréguiberry (http://www.flickr.com/photos/25831000@N08/7296400130/)

Sources:
http://www.karch.ch/
MEYER A., ZUMBACH S., SCHMIDT B., MONNEY J.-C., 2009 : Les Amphibiens et les reptiles de Suisse, éd. Haupt, Berne, 336 pp.

Publicités

A propos Caroline Sonnay

Diplômée en biologie de l’Université de Lausanne, je suis intéressée à la fois par la protection de la nature, le développement durable et la défense des droits de l’homme. Pour plus de détails, regarder sous l'onglet "about me" de mon blog (https://carolinesonnay.wordpress.com/about/). Vous trouverez la description de mon activité professionnelle sur mon site internet (https://csonnay.wordpress.com/).
Cet article, publié dans Reptiles de Suisse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’exigeante cistude d’Europe (Emys orbicularis)

  1. Ping : Using Google Docs for Small Team and Project Management | Climb to the Stars

  2. gaston dubanez dit :

    Bonjour, j’ai sauvé une cistude sur une route où elle allait fatalement se faire écraser, je l’ai mise dans mon bassin (80m3) où elle pouvait nager et se reposer. Elle mangeait des petits bouts de poisson que je lui donnais (elle en était friande se laissait approcher à moins de 50 cm) Tout allait bien….. Mais après une bonne pluie d’orage et une forte chaleur (+35°) la tortue a disparue.
    Cela fait maintenant 5 jours que je l’a vois plus. J’ai envisagé qu’elle était allée pondre ses oeufs ou qu’un héron l’avait emportée….
    Ne serait-il pas possible qu’elle se soit envasée en fond de bassin à cause des fortes chaleurs?
    Si quelqu’un peut m’éclairer et me rassurer, ce serait très gentil.
    Kiki du Charme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s