Sacrifier les derniers cours d’eau naturels de Suisse pour permettre le tournant énergétique : la fausse bonne idée du Conseil fédéral


Les nombreux barrages hydroélectriques présents sur les rivières suisses tendent non seulement à péjorer nos paysages fluviaux, mais constituent également une menace indéniable pour les poissons migrateurs qui les peuplent. En effet, malgré les nombreux efforts mis en œuvre par les exploitants des centrales hydrauliques (passes à poissons, cours d’eau de contournement, etc.), ces ouvrages constituent encore souvent des obstacles infranchissables pour les poissons qui remontent le cours des rivières pour se reproduire. Le régime d’éclusée, du aux changements brusques de débit d’eau entre les périodes d’activité et d’inactivité des centrales, fait également de nombreuses victimes. Après la crue artificielle créée par le turbinage de grandes quantités d’eau pour la production d’électricité, la rivière présente souvent des débits d’eau bien trop insuffisants et les jeunes poissons se retrouvant piégés dans des gouilles créées près des rives finissent par mourir asphyxiés une fois que le peu d’eau qu’elles contiennent  s’est évaporé.

Image
Barrage de la Grande Dixence (VS, 2007)

Malgré les effets négatifs connus de l’exploitation hydraulique sur le plan écologique, le Conseil fédéral, dans sa stratégie de sortie du nucléaire, prévoit d’exploiter les derniers potentiels des cours d’eau de notre pays. Ce type de production d’énergie est pourtant déjà exploité à plus de 90 % de son potentiel avec plus de 1400 prises d’eau parsemées sur le cours de nos rivières.

Selon l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), la production actuelle de 60 TWh/an pourrait être augmentée de 3.2 TWh. Les chiffres avancés par les associations écologiques du pays tempèrent pourtant ce pronostique. Selon eux, cette augmentation pourrait être au maximum de 1 à 1,5 TWh. Et cela, sans compter les diminutions à venir avec la mise aux normes des débits résiduels. Mais quel que soit les chiffres retenus, le potentiel restant de la production hydroélectrique paraît bien faible par rapport à celui de l’énergie solaire : 15,6 TWh d’ici 2035, soit plus de 4 fois plus ! Le potentiel d’économie d’une stratégie efficace en matière d’efficacité énergétique est encore plus impressionnant : 19 TWh réalisables au même horizon que pour le photovoltaïque.

En résumé, alors que l’optimisation à outrance de l’exploitation hydroélectrique produirait au grand maximum 5 % d’augmentation de la production d’électricité par ce médium (selon les chiffres de l’OFEN), la combinaison des potentiels photovoltaïque et de l’efficacité énergétique permettrait non seulement d’augmenter cette production de 26 %, mais également d’économiser l’équivalent de plus de 30 % de la production hydroélectrique actuelle. Le bilan semble donc pencher de manière indubitable en faveur de la deuxième solution proposée par les associations écologiques.

Mais alors pourquoi le Conseil fédéral prévoit-il d’exploiter nos rivières jusqu’à la dernière goutte pour en tirer un si faible bénéfice énergétique au lieu d’exploiter les surfaces déjà construites (toits des bâtiments, etc.) afin de produire l’électricité nécessaire à l’aide du photovoltaïque et de mettre en œuvre une véritable stratégie en matière d’efficacité énergétique ?

Nicolas Gattlen, journaliste à Kaisten, met en avant les intérêts économiques des compagnies d’électricité et des cantons de montagnes qui encaissent de grandes sommes d’argent en exploitant l’énergie hydraulique. La question se pose alors : notre gouvernement est-il à ce point influencé par les lobbies de l’électricité qu’il est prêt à sacrifier nos derniers cours d’eau naturels sur l’autel de l’économie ?

Crédit photo: webmasternic7918 (http://www.flickr.com/photos/webmasternic7918/5809165275/in/photostream/)

Source : Dossier «  Nouveaux projets énergétiques : menace sur nos derniers cours d’eau naturels », Pro Natura magazine, 05, octobre 2012. Auteurs des articles consultés : Michael Casanova, Susanna Meyer, Nicolas Gattlen.

About these ads

À propos de Caroline Sonnay

Fraîchement diplômée en biologie à l’Université de Lausanne (Suisse), je suis intéressée à la fois par la protection de la nature, le développement durable et la défense des droits de l’homme. Pour plus de détails, regarder sous l'onglet "about me" de mon blog (http://carolinesonnay.wordpress.com/about/).
Ce contenu a été publié dans énergie, Eau, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Sacrifier les derniers cours d’eau naturels de Suisse pour permettre le tournant énergétique : la fausse bonne idée du Conseil fédéral

  1. Ping : Pseudonyms on Facebook | Climb to the Stars

  2. pbjardin dit :

    il faut juste faire un petit rappel : l’eau est le 3em secteur le plus corrompu après l’armement et le BTP ! Alors que c’est une ressource vitale pour l’humanité. Que font nos gouvernants pour moraliser tout cela, où trempent-ils aussi dans cette corruption, ceci expliquerai cela ?
    Alors que l’on voit bien que la ressource eau va finir par se raréfier. Ce qui montre bien que les économies d’eau doivent se faire au quotidien par chacun d’entre nous !
    pour info 60 millions de consommateurs, dans son numéro de juillet 2011, teste des douchettes à économie d’eau et préconise la pose de matériel d’économie d’eau sur les robinets et WC.
    L’étude montre qu’une famille de 4 personnes peut réduire de 30% sa facture d’eau (de 150 m3 /an à 100 m3) soit 50 m3 d’économie d’eau par an, tout en gardant le même confort.
    Il est indiqué que ces matériels d’économie d’eau permettent au final une économie entre 217 et 267 € /an ce qui représente 45% de la facture d’eau (30% d’économie pour l’eau et 15% supplémentaire sur l’énergie).
    plus d’infos sur http://www.activeau.fr/economiseur_eau_douche_reduction_facture.htm

  3. Anaëlle Schneider dit :

    Je viens de tomber sur une annonce de cette entreprise dans la presse, ça m’a paru être une solution potentielle… Déjà entendu parler?

    http://www.wasserwirbelkraftwerke.ch/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s